Les 5 choses que je referai pour préparer l’accouchement et le séjour à la maternité

Je suis de nature stressée dès qu’une situation est nouvelle et inconnue. Dès le début de ma grossesse, j’ai donc essayé de me préparer autant que possible à l’accouchement et à l’ “après” : cours de préparation bien sûr, ostéopathie, préparation des valises à l’avance, etc…

Aujourd’hui, je partage avec vous 5 choses que j’ai faites avant la naissance et qui ont eu (pour moi) un impact vraiment positif et utile !

1°- Prévoir une playlist d’accouchement.

L’idée peut surprendre et pourtant, ça a été vraiment très utile ! J’adore écouter de la musique en général. Je me suis donc dit que cela pourrait aider le jour J… et j’ai bien fait ! Le travail a duré 19h, on a eu le temps d’écouter pas mal de chansons ahah ! Plus sérieusement, la musique m’a vraiment aidée à me détendre et à me changer les idées quand la douleur était forte. Cela m’a permis de porter mon attention sur autre chose que les contractions ou les heures qui passaient.

Mon conseil : prévoir plusieurs styles de musique dans votre playlist. Vous ne pouvez pas savoir à l’avance quelle sera votre humeur, ni à quel son vous serez réceptive. Une chanson que vous adorez aujourd’hui peut vous agacer le jour J (j’en parle en connaissance de cause !).

2°- Prendre une enceinte bluetooth pour écouter de la musique.

Cela rejoint le premier point que nous venons d’évoquer, et concerne tant l’accouchement que le séjour à la maternité. Que ce soit pour écouter la playlist pendant le travail ou dans ma chambre pendant mon séjour (à bas volume bien entendu), c’était vraiment très agréable !

3°- Glisser dans ma valise des affaires qui me font sentir comme à la maison.

Ca paraît bête mais c’est pour moi un essentiel, surtout quand on sait que notre séjour à la maternité a duré 5 jours ! Je me doutais que l’après accouchement serait un peu inconfortable (physiquement mais aussi parce qu’on se retrouve dans une chambre inconnue et impersonnelle).

J’avais donc besoin et envie de me créer un cocon et d’être aussi détendue que possible. Pour cela, j’ai glissé dans ma valise de maternité : des chaussons, des vêtements confortables pour la journée (ça évite de rester en pyjama toute la journée, tout en étant quand même à l’aise), mon oreiller, un tapis de bain pour la douche. Ce sont des petites choses mais qui font toute la différence. Ca m’a vraiment permis de me sentir plus à l’aise pendant ces 5 jours.

4°- Préparer un projet de naissance.

Au début de ma grossesse, pendant l’entretien préalable avec la sage-femme (au cours du 4ème mois), nous avons évoqué la question de la préparation à l’accouchement et du projet de naissance. Je me souviens que tout était complètement flou pour moi à ce moment-là. Puis, au fil des mois, le projet s’est dessiné petit à petit dans ma tête et je savais que j’avais besoin de préparer certaines choses avant la naissance. L’idée était pour moi d’être la plus sereine possible (l’accouchement en lui-même était déjà suffisamment stressant !).

J’ai longtemps réfléchi à la question, puis j’ai élaboré un projet. Nous en avons longuement discuté avec Benoît, ajouté ou enlevé certains points, puis nous l’avons imprimé et glissé dans notre classeur contenant les papiers administratifs à apporter le jour J. Voici quelques points que contenait ce projet de naissance :

Pendant le travail :

  • Je souhaiterais avoir mon conjoint près de moi à chaque étape, tout au long du travail et de l’accouchement.
  • Je souhaiterais une lumière tamisée.
  • Je souhaiterais pouvoir écouter de la musique pendant le travail (nous avons préparé une playlist). 
  • Je souhaiterais avoir la péridurale le plus tard possible.
  • Je souhaiterais une intervention médicale réduite au minimum (limiter l’utilisation des instruments autant que possible).

Pendant l’accouchement :

  • Je souhaiterais être informée de tout ce qui se passe, que ce soit pour ma santé ou celle de mon bébé.
  • J’aimerais qu’on me conseille pour que je sache quand pousser et quand ne pas pousser afin d’éviter une déchirure.

Si vous aussi vous souhaitez élaborer un projet de naissance, n’hésitez pas à faire des recherches sur Google : Internet regorge d’exemples de projets de naissance !

Mon conseil : même si vous savez précisément ce que vous souhaitez ou ne souhaitez pas le jour J, mettez-le par écrit. Le jour de l’accouchement, il se passe tellement de choses qu’on n’a plus forcément tout en tête (et on n’a plus tous ses esprits avec la douleur). J’étais bien contente d’avoir ce papier sur moi !

5°- Cuisiner des plats et les congeler pour le retour de la maternité.

Nous avons eu la chance d’avoir ma maman avec nous à la maison pendant 3 semaines (2 semaines avant et 1 semaine après l’accouchement). Elle m’a beaucoup aidée au quotidien, pour l’entretien de la maison mais aussi les repas. Je savais qu’après son départ, avec la fatigue post-accouchement, je n’aurais pas toujours l’énergie (ni la motivation) de faire à manger. J’ai donc eu l’idée de préparer plusieurs repas à congeler.

L’arrivée d’Emma a été bouleversante. Bébé koala, elle passait son temps dans nos bras jour et nuit. Nous étions vraiment épuisés et les repas étaient compliqués avec un bébé dans les bras. Je peux donc vous dire que je me suis félicitée d’avoir prévu tous ces repas ! C’était rapide à réchauffer, facile à manger et réconfortant. Ca a aussi eu un impact sur notre forme physique et notre portefeuille, puisque cela nous a évité de commander du fast-food.

Mes conseils :

  • Commencer le plus tôt possible pour avoir un maximum de repas 😅 plus le ventre devient gros, plus ça devient compliqué et plus vite on fatigue ! Mon seul regret est que ça n’a malheureusement pas été possible pour moi de commencer tôt : nous avons eu un long été et surtout un été caniculaire, c’était très compliqué de le passer en cuisine.
  • Si vous en avez la possibilité (place et finances), prévoir un congélateur en plus de votre frigo. Nous avons trouvé sur leboncoin un congélateur coffre que nous avons installé dans une annexe de la maison ; c’est vraiment très pratique. Cela a permis de stocker ces repas et, maintenant que nous commençons la diversification alimentaire, cela va nous permettre de congeler les petits plats préparés pour bébé !

J’espère que cet article pourra vous être utile ! Et vous, est-ce qu’il y a des choses que vous êtes contentes d’avoir fait pour vous préparer à cette étape ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.